Para contactarnos, haga clic en Temas científicos
Inicio

Para contactar nos

La Libertad es en Canaan

El Efecto Bumeran

Ciencia y Fe


¿Cuál es nuestro objetivo?

La Transición Exitosa

Francia y Dios


Los órganos genitales femeninos

  Leer con la música

Otros temas  espirituales

Nuestros temas  cientificos

Sitios Amigos

Capítulo previo Inicio del folleto Otros temas Otros temas Arriba
EL LIBERTADOR DE ISRAEL

CHAPITRE 8


La vie après la tutelle spirituelle de Satan


Ce n’est surtout pas pour apporter une quelconque forme de prophétie que nous osons aborder le sujet de la vie après la logique de nature animale placée sous la tutelle spirituelle de Satan. Elle revêt encore aujourd’hui tout embryon humain dès sa procréation et même si parler de son retrait peut paraitre prophétique, il s’agit plutôt d’une synthèse, entre l’objectif individuel d’aujourd’hui, dont les résultats collectifs seront transposés demain à la société entière, comme ce fut le cas après chaque dispensation divine.

Le plus néfaste sur le plan collectif sera toujours la peur de l’inconnu et c’est pourquoi envisager la vie après le retrait de la tutelle spirituelle de Satan doit être perçue comme un encouragement pour chacun à travailler aujourd’hui à ce millénium de demain aux côtés de Jésus. Après que Satan aura été projeté sur terre et vaincu, Jésus régnera sur terre et dans les cieux, et si beaucoup de bouleversement sont à envisager préalablement à l’entrée dans ce millénium, celui-ci n’apportera certainement pas une vie très différente à celle que nous connaissons dans nos sociétés occidentales. L’important sera alors de ne pas se croire déjà arrivé au résultat final, du royaume de sacrificateurs que Jésus prépare pour Dieu son Père, comme c’est si souvent notre cas aujourd’hui, que ce soit individuellement ou en groupe.

Le Royaume de Dieu est déjà sur cette terre au travers de la présence du Saint-Esprit reçu dans le cœur de celui qui le demande à Jésus pour faire la volonté de Dieu notre Père et c’est déjà un point incontournable, car personne ne peut être libre, s’il n’a pas déjà été rendu libre par Jésus. Si cette Liberté est des plus fondamentale pour accéder à la vie éternelle, le fait que nous soyons aujourd’hui contraint d’utiliser une correction de notre système émotionnel ancien, pour produire l’image la plus correcte possible de la volonté divine, aura été corrigé. L’œuvre de Jésus à la Croix couvre l’imprécision de la mauvaise programmation pour tout chrétien humble et sincère, conscient de cette lacune en rapport à la totale volonté divine, conduit à une multitude de perceptions différentes de l’image de Dieu, dont l’Éternel, le Dieu d’Israël, pâtit grandement.

C’est aussi pourquoi, après que le travail de la réécriture de l’esprit dans le cerveau ait été totalement accompli par un petit groupe faisant partie de l’Église de Philadelphie, Satan aura été projeté sur terre, avant d’être lié pour mille ans, afin de permettre le travail collectif.

Cette dernière étape du total accomplissement collectif sur l’ensemble de l’humanité, n’est ni pour aujourd’hui, ni pour demain, mais dans un avenir certain, car l’Éternel notre Dieu n’abandonnera pas son peuple en cours de route, comme les plus catastrophistes aiment à l’envisager. Le but de l’Éternel Dieu pour l’humanité est que Jésus la conduise dans le millénium à venir, durant lequel l’humanité apprendra à gérer individuellement et collectivement la « Logique » du Saint-Esprit, dont chaque embryon humain sera investi dès sa procréation. Ce n’est qu’à la fin de cette longue période que Dieu aura terminé la transition totale d’une logique à l’autre, mais pour cela, il ne faut surtout pas négliger l’étape fondamentale d’aujourd’hui pour vivre la vie éternelle à ses côtés.

Si tout aura déjà bien progressé après la fin de la tutelle de Satan, ce ne sera pas pour autant que plus rien ne restera à faire, mais le plus dur sera comme aujourd’hui d’en prendre conscience.

Après les temps présents durant lesquels Satan aura été projeté sur terre, les temps durant lesquels Jésus régnera sur terre et dans les cieux peuvent laisser envisager aujourd’hui à certains des situations idylliques d’insouciance, alors qu’il n’en sera surtout pas ainsi.

Si en effet tout embryon humain aura reçu la nature divine, les bases émotionnelles de chacun se retrouveront donc dans les grandes lignes semblables à celles que Jésus possédait sur terre, mais si lui fut obéissant à l’esprit de Dieu jusqu’à la mort à la Croix, tous ne persévèreront pas nécessairement jusqu’à l’obéissance parfaite. L’influence de toutes les traditions de par le monde, seront donc autant de facteurs à vaincre, auxquelles viendront s’ajouter l’intelligence artificielle, dont les hommes seront les initiateurs alors que la surveillance spirituelle reste aujourd’hui supervisée par Dieu.

Cela revient à dire que son action limitera très certainement l’action de beaucoup dans l’obligation d’une obéissance absolue, alors que le problème de réécriture des sentiments et de l’esprit resteront les mêmes qu’aujourd’hui, avec l’obligation du droit de la repentance à l’erreur.

Nous devons en effet resté conscients de la constante de notre génétique, car si notre système émotionnel sera d’une nature différente, en raison de la nature de la logique qui en aura généré les résultantes d’actions, la mise en place de cette structure émotionnelle restera identique à celle d’aujourd’hui. La différence résidera ainsi au niveau de l’esprit contenu dans le cerveau limbique, qui n’est pas de nature divine aujourd’hui, alors qu’alors il le sera demain. Si les bases de l’esprit sera donc parfaites, ce sera cependant l’apprentissage de l’enfance qui en fera dévier les valeurs divines, vers celles des traditions de chacun, ce qui conduira encore à devoir corriger certaines programmations défectueuses à l’âge adulte au travers du QE, pour les rendre cohérentes non plus seulement à la parole de Dieu, mais à l’Amour de Dieu. C’est là ce que requiert la conscience de nature divine, que ce soit sur le plan individuel ou collectif.

Si à vue humaine cela peut apparaitre aujourd’hui, comme une dérive qui sera bien peu important en rapport aux énormités actuelles, l’accès à la totalité de la réécriture des sentiments, ne pourra toujours se faire que par la repentance, premièrement, avant de faire appel à Christ, puis dans un second temps, pour en assurer la réécriture, comme nous l’avons déjà décrit

Cette procédure n’aura donc changé en rien par rapport à aujourd’hui et étant donné que plus la différence est faible entre le résultat obtenu et celui qui est indispensable pour honorer Dieu en esprit et en vérité, il sera d’autant plus difficile d’en prendre conscience individuellement.

C’est aussi pourquoi il sera fondamental de rester dans des structures de sociétés non autoritaires, comme le sont les démocraties, car si le résultat peut paraitre plus facile à obtenir dans des sociétés à caractère théocratique, l’intransigeance à l’erreur contraint l’emploi forcé du QE de la personne et lui interdit ainsi la reprogrammation de l’esprit dans le cerveau. Comme il en est aujourd’hui, personne ne devra donc oublier l’objectif final de Dieu en Jésus-Christ, de faire de l’humanité un royaume de nature divine identique à celle de Jésus dans les cieux.

C’est aussi pourquoi

Ce sera donc là un grand dilemme pour les systèmes dirigeants, qui risqueront de prioriser le résultat immédiat à celui requis pour aller jusqu’à produire en chacun un système émotionnel entièrement de nature divine.

Il faut en effet rester conscient de l’importance actuelle des démocraties, sans lesquelles il serait aujourd’hui impossible d’accéder à la nature divine par la réécriture de l’esprit par Jésus. Nous ne dirons jamais trop que cette réécriture de l’esprit nécessite le droit à l’erreur, non pas pour pouvoir pécher, mais pour VOULOIR ne plus pécher, après avoir eut accès à la repentance. S’il en est ainsi aujourd’hui, il n’en ira pas différemment demain, car si l’erreur ne sera pas située au même niveau émotionnel qu’aujourd’hui, elle restera générée par l’influence de l’ancienne logique sous tutelle, au travers des traditions et de faux enseignements auxquels certains continueront de donner raison. Les résidus de cette ancienne logique ne s’effaceront donc pas différemment, et c’est aussi pourquoi la persévérance restera nécessaire pour chacun, malgré tout l’attachement à Dieu procuré par le Saint-Esprit dans chacun.

Comme il en est pour beaucoup aujourd’hui, le piège résidera alors sans doute dans le fait que Jésus viendra régner avec un sceptre de fer, ce qui peut paraitre à première vue ambivalent avec la nécessité de la liberté démocratique, si nous ne regardons qu’à la superficialité du résultat escompté dans une situation donnée.

Si Jésus viendra en effet régner avec un sceptre de fer, cela ne veut pas dire qu’il viendra imposer une attitude, mais bien au contraire l’intégrité de chacun à vouloir revêtir la nature divine dans l’intégralité de ses sentiments.

Contrairement à l’esprit charnel sous tutelle, le Saint-Esprit dans le cœur, génère en effet ce que nous pourrions traduire par un effet grossissant de la volonté divine, au point qu’il est facile de tomber dans l’excès de bonne volonté et conduire à l’intolérance pour soi-même et pour autrui.

Ce phénomène est occasionné par la différence entre la logique sous tutelle qui fut utile à l’homo sapiens pour le maintenir tant bien que mal sur le bon respect de sa génétique, tout en le rapprochant de son Créateur, alors que le Saint-Esprit est donné dans l’effet inverse, pour nous apporter la communion avec Dieu notre Créateur, afin de nous permettre la bonne utilisation de l’ensemble de notre génétique.

Si Jésus viendra donc régner avec un sceptre de fer, ce ne sera donc pas systématiquement pour affermir, jusqu’à sanctionner les dérives conduisant vers Sodome et Gomorrhe, mais ouvrir le regard de certains à la tolérance des différences, sans jamais tomber dans l’excès.

Ce qui nous parait aujourd’hui l’excès, à cause de la nécessité de surpasser notre logique charnelle initiale, ne possèdera plus la même valeur demain, au travers de la vie que Jésus veut apporter en abondance.

Si comme il en est aujourd’hui, le fait d’être agréable à Dieu passera par le respect de la parole de Dieu, ce sera par Amour qu’elle sera accomplie, contrairement à ce que l’Antéchrist aura tenté d’imposer par la force et la destruction.

Que ce soit donc dans les temps présents et ceux d’un avenir proche, durant lequel l’ensemble des systèmes totalitaires tenteront d’exterminer les démocraties ou durant le millénium d’Amour de demain, la persévérance sera de mise pour servir Dieu notre Père en Esprit et en Vérité.

Si au travers des guerres à venir le respect d’autrui sera donc la plus grande des persévérances à manifester, durant les siècles qui suivront ce sera dans l’appesantissement à mettre Dieu à la première place qui nécessitera cette même persévérance.

Nous ne devons en effet jamais oublier que c’est dans la mesure que nous sommes en Christ, que nous sommes supérieurs à Satan et que le combat contre lui ne se mène jamais dans la présomption ni l’irrespect. Durant les temps où il aura été projeté sur terre, ce sera dans la violence à ne pas entrer dans toute forme de revanche ou de mépris qui permettra de se tenir en Christ et la confiance en Dieu, sans oublier ensuite qu’après la fin de ce millénium Satan sera relâché pour peu de temps, afin d’entrainer avec lui, tout ce qui en aura découlé.

Ce sera donc là la persévérance des saints dont chacun fait aujourd’hui potentiellement partie.

Il appartient donc à chacun de faire le bon choix, alors qu’il est encore sur cette terre, car après…

A Dieu soit toute la Gloire en Jésus-Christ, aux siècles des siècles, Amen !